École ouverte à Avaray ?

Publié le par Sortir du Nucléaire 41

Merci  de diffuser largement ce texte

École ouverte à Avaray ?

 

Une conseillère municipale de Lestiou (Nicole Combredet) est poursuivie par le maire d’Avaray J.F. Mezille

pour “intrusion dans une école” sans autorisation préalable et risque une contravention de 5è classe.

 

« L’essentiel du litige porte sur l’état du portail à notre arrivée (le journaliste de la Nouvelle République était avec elle et lui ne semble pas avoir été inquiété): il était grand ouvert et je suis entrée pour demander l’autorisation à l’instit qui était dans la cour, qui a dit oui. Eux disent que je me suis introduite en utilisant le code, donc par “intrusion” illégale. »

 

Clochemerle ? Pas tout à fait : un projet d'école, située à moins de 2 km de la centrale nucléaire de Saint Laurent des eaux.

 

D'un côté, la loi, précisément la circulaire Borloo du 17 février 2010 du ministère de l'écologie, qui recommande de « privilégier un développement des activités à l’extérieur de cette zone. À l’intérieur de cette zone, il conviendra d’éviter le développement de projets sensibles ». De l'autre, la demande des communes d'Avaray et Lestiou, qui souhaitent légitimement relocaliser leurs école « en apportant plus de confort et de sécurité aux enfants ».

 

Pour Sortir du Nucléaire et Nicole (qui en est responsable), cette école est construite pour au moins 20 ans et il serait intelligent de tenir compte des normes actuelles qui protègent les enfants au moins en cas de fuites mineures de produit radioactifs (et sur 20 ans, il y en aura d'autant plus que la centrale est l'une de plus vielles de France). De plus si des maires ou d'autres se mettent à contourner la réglementation parce qu'elle les dérange, tout le beau discours sur le haut niveau de sureté nucléaire s'écroule, quel exemple pour les enfants?

 

Le préfet a demandé aux maires de plancher sur le sujet et de trouver une solution alternative permettant de satisfaire le plus grand nombre.

 

Sortir intelligemment de cet imbroglio, quelques propositions :

 

Priorité à l'intérêt des enfants : recherche d'un terrain offrant toutes les conditions de sécurité (éloignement, possibilité d'évacuation rapide).

 

Information de la population : concertation avec les parents d'élèves et les enseignants, réunion publique organisée par les mairies concernées.

 

Et accessoirement cesser les chamailleries de cour de récréation : le maire d'Avaray doit retirer sa plainte.

 

Sortir du nucléaire 41

 

site web (sur lequel vous pouvez lire les articles concernant l'école d'Avaray) :

http://sortirdunucleaire-41.over-blog.com/

 

 

 

 


 

 

 

 

Publié dans Actions locales

Commenter cet article