Renforcer la sûreté des installations nucléaires françaises à la suite de l’accident de Fukushima : le concept de « noyau dur » de sûreté

Publié le par Sortir du Nucléaire 41

Sur le site de l'institut de radioprotection et de sureté nucléaire (IRNS)...

 

"La potentialité d’un tsunami dévastateur de hauteur très supérieure à celle retenue à la conception des quatre premiers réacteurs du site de Fukushima Daiichi était connue de l’exploitant TEPCO et de l’autorité de sûreté japonaise NISA avant l’accident. Cependant, confronté à la problématique difficile d’une situation caractérisée par la probabilité extrêmement faible d’un tel évènement, associée à la perception d’une nécessité pour y faire face de modifications importantes des installations, le système japonais de sûreté nucléaire a tardé dans la prise en compte de ce risque..."

 

La suite sur leur site.

Commenter cet article