Projets gelés, usines fermées : le plan d'austérité d'Areva

Publié le par Sortir du Nucléaire 41



Sept mois après Fukushima, le nouveau patron du groupe nucléaire peaufine une série de mesures pour adapter le groupe à la nouvelle donne dans le nucléaire

Les Echos, 19/10 | 19:04 | mis à jour à 19:17 | Thibaut Madelin



L'inquiétude monte chez Areva. Demain, les salariés de la Hague (Manche), Marcoule (Gard) et Pierrelatte (Drôme) seront en grève. Motif : la dénonciation par la direction de l'accord d'entreprise. *Celui-ci comprend les dispositions comme les primes, les congés ou la protection sociale.*/« Ils veulent tout revoir à la baisse »/, selon Jean-Pierre Bachmann, coordinateur CFDT du groupe nucléaire.

Sept mois après Fukushima, l'abandon de cet accord, déjà évoqué avant la catastrophe, marque le début d'une remise à plat plus globale. Vendredi, le conseil de surveillance devrait prendre connaissance de l'ébauche de l'analyse stratégique préparée avec les équipes du Boston Consulting Group. Le projet final est attendu début décembre. *Tour d'horizon des chantiers.*

Le nouveau président du directoire, Luc Oursel, l'a annoncé la semaine dernière : *des usines allemandes pourraient fermer*. En ligne de mire, les sites de combustibles, qui emploient au total 1.000 salariés en Allemagne. Une partie de leur activité est compromise par l'arrêt prématuré des réacteurs allemands. Dans ce métier, l'usine belge de Dessel, qui compte 150 salariés, est elle aussi menacée, selon un proche du groupe, qui confirme *une information de « L'Expansion »*.

/« Saint-Marcel, qui s'était créé pour des contrats de centrales neuves, va prioritairement fabriquer des générateurs de vapeur de rechange au cours des prochaines années. »/C'est en ces termes que la direction a expliqué à ses salariés, début octobre, la /« nouvelle dynamique »/de l'usine bourguignonne. *Faute de commande imminente en Inde, aux Etats-Unis, en Chine ou en Afrique du Sud, comme anticipé par l'ancienne patronne Anne Lauvergeon, l'usine de Saône-et-Loire devra se concentrer sur la fabrication de composants pour les centrales d'EDF*. Le site de 900 salariés constate une surcapacité structurelle de 95 postes dans les bureaux et prévoit un manque d'activité temporaire pour 65 salariés des ateliers. Les premiers seront transférés vers l'activité florissante de services ; les seconds seront « prêtés » pour douze mois à des filiales ou des partenaires , comme Alstom.

Chez Comurhex, la filiale de conversion d'uranium, la production de Malvesi (Aude) et du Tricastin (Drôme) a été suspendue pour deux mois. Les autres usines sont dans l'expectative. /« Il risque d'y avoir de la baisse de charge chez Melox à cause du Japon et des incertitudes sur un contrat avec EDF »,/selon Bruno Blanchon, membre CGT du comité de groupe européen. Mais les 2.000 salariés de la tour Areva à La Défense spécialisés dans les projets de nouvelles centrales sont eux aussi inquiets, selon un syndicaliste.*Ici comme ailleurs, le groupe devrait cependant attendre l'élection présidentielle pour tailler dans les effectifs.*

Le projet minier de Trekkopje, en Namibie, sera très vraisemblablement gelé. Les coûts y sont trop élevés alors que les cours de l'uranium ont chuté de 21 % depuis Fukushima. Rien ne sert d'engouffrer de l'argent dans ce projet issu de l'acquisition coûteuse d'UraMin. Des dépréciations d'actifs sont attendues. Autres investissements gelés, aux Etats-Unis : celui de 2 milliards de dollars dans l'usine d'enrichissement d'Eagle Rock, et celui de 360 millions dans l'usine de composants de Newport News. Areva, dont Standard & Poor's a abaissé en août, de stable à négative, la perspective de la note à long terme, va devoir trouver des fonds. Outre la cession de sa participation dans Eramet, celle des activités de biomasse pourrait être envisagée. L'ouverture du capital des mines est prévue. Au-delà, une recapitalisation pourrait s'avérer inévitable. EDF se tient prêt. /« Si on nous demande, on aidera »/, admet un dirigeant de l'électricien.

Publié dans areva

Commenter cet article

Sortir du Nucléaire 41 26/10/2011 14:29


Pour plus d'informations sur la stratégie économique d'Areva, voir le site OWNI à l'adresse suivante :

http://owni.fr/2011/10/12/areva-et-sa-recherche-de-cash-mines-roussely-oursel-progli/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+Owni+%28Owni%29