Le nucléaire, le CO2 et la Planète...

Publié le par Sortir du Nucléaire 41

 

 

J.Rifkin  « …Le parti travailliste avait eu un débat interne très vif sur son opposition de longue date à l’énergie nucléaire… L’industrie de l’atome avait lancé en Europe et en Amérique une campagne…au nom de la lutte contre le réchauffement de la planète. Le nucléaire, soutenait-elle, n’émettait pas de CO2 ; c’était une technologie propre…En sa qualité de ministre de l’environnement, David Milliband était pris entre deux feux, entre les pronucléaires et les antinucléaires du parti… ».

J.Rifkin. lors de sa rencontre de l’époque avec David Milliband a « …rappelé à David qu’il n’y avait dans le monde que 442 réacteurs nucléaires, et qu’ils ne produisaient qu’environ 6% de notre énergie totale. Pour avoir ne serait-ce qu’un impact minime sur le changement climatique, selon la communauté scientifique, l’énergie nucléaire devrait peser au moins 20% de la production énergétique mondiale. Cela signifie qu’il faudrait remplacer toutes les centrales nucléaires vieillissantes et en ajouter mille. Autant dire qu’il faudrait construire trois centrales tous les trente jours pendant les quarante prochaines années – environ 1 500 centrales nucléaires au total, ce qui coûterait 12 000 milliards de dollars… ».

 

Wikipédia :


J. Rifkin est souvent présenté comme le principal architecte de la troisième révolution industrielle, présentée dans l’un de ses ouvrages comme permettant de répondre à long terme au triple défi d’une crise économique mondiale, de la sécurité énergétique et du changement climatique. Cette troisième révolution industrielle a été officiellement approuvée par le Parlement européen en 2007 et est actuellement mise en œuvre par divers organismes au sein de la Commission européenne

Publié dans Analyses

Commenter cet article