L'ouragan Sandy et les centrales nucléaires américaines

Publié le par Sortir du Nucléaire 41

 

Trois sites sur le même sujet. Vous pouvez vous faire une opinion sur ce qui s'est passé et sur la manière de traiter une même information...

 

INDIAN POINT

 

Le Figaro

 

 …

À commencer par celle d'Indian Point, située à environ 70 km au nord de New York, qui a fermé l'un de ses deux réacteurs lundi soir, selon Associated Press. L'exploitant, Entergy Corp., a évoqué auprès de l'agence de presse un problème d'alimentation électrique extérieure sans donner plus de détails. La situation serait sous contrôle et ne présenterait aucun danger pour le personnel ou les habitants, assure-t-il. Le second réacteur de la centrale fonctionnerait sans problème à pleine puissance...

 

Gen 4

Les unités n°. 1 de Nine Mile Point, 1 de Salemet 3 d’Indian Pointont du être placées en arrêt d’urgence automatisé ou manuel suite à des problèmes de prise d’eau obturée ou de trip turbine (incident sur le générateur principal induisant un arrêt d’urgence du réacteur) ; au cours de ce même incident, il faut noter que les 2 groupes auxiliaires diesel n’ont pas démarré alors que par chance le réseau électrique principal était resté disponible...

 

OYSTER CREEK

 

Le Figaro

...

La piscine de combustible usagé sous surveillance à Oyster Creek

Lundi soir, la Commission de régulation nucléaire américaine (NRC) évoquait par ailleurs une alerte de niveau 2 - sur une échelle de 4 - à la centrale d'Oyster Creek, la plus vieille du parc américain. Si tous les réacteurs étaient à l'arrêt pour maintenance ou rechargement, le niveau de l'eau y serait monté dangereusement, menaçant la pompe du système de refroidissement des piscines de combustible usagé sans toutefois l'endommager. «Le niveau de l'eau devrait commencer à baisser dans les prochaines heures», annonçait dans la nuit un communiqué de la NRC.

Le propriétaire, Exelon Corp., a également confié à Associated Press que le courant était coupé dans l'interconnexion de la centrale (qui dispatche l'électricité sur les différentes lignes du réseau) mais que des générateurs diesel de secours avaient correctement pris le relais...



Gen 4

...

L’incident le plus grave a touché le vétéran des réacteurs Nord-américains situé à la centrale d’Oyster Creek dans le New Jersey. Plusieurs événements ont amené l’opérateur Exelonà déclarer un premier incident hier vers 1900 EDT avant de réviser vers 2045 EDT la gravité de l’incident au niveau 2 (alerte) de l’échelle d’alerte nucléaire américaine qui en compte 4.

La montée des eaux semble avoir créé des problèmes au niveau de la prise d’alimentation en eau de la centrale, d’où la situation critique. L’opérateur aurait en outre fait face à la perte du réseau électrique extérieur qui aurait été – heureusement – compensé rapidement par le démarrage normal des 2 groupes auxiliaires diésel.

Il semble que le réacteur, du même type que l’unité n°.. 1 de Fukushima-Daiichi, était en procédure de rechargement lors de l’incident ; malgré tout, d’après le bulletin de la NRC, le combustible était toujours présent au niveau du cœur car ce dernier nécessitait toujours un refroidissement (Shutdown cooling)...



Romandie.com



...

Risque d'incident à la Fukushima

C'est toutefois une autre centrale, la plus vieille du pays, qui suscite le plus d'inquiétudes.

Bâtie en 1969 dans le New Jersey à proximité de la rivière du même nom, Oyster Creek est placée en état d'alerte depuis lundi en raison d'une montée des eaux à l'intérieur de son système de refroidissement et d'une perturbation de son circuit d'approvisionnement électrique.

Le courant a été rétabli dans certaines parties de la centrale et le générateur de secours a été activé, a affirmé par courriel à l'AFP un porte-parole d'Exelon, l'exploitant de la centrale.

Les autorités estiment qu'il faut désormais attendre que le niveau d'eau baisse mais rappellent que l'unique réacteur de la centrale était déjà à l'arrêt pour maintenance au moment du passage de Sandy.

L'eau commence à revenir à un niveau plus normal, mais la centrale reste en état d'alerte jusqu'à ce que nous ayons confiance dans le fait qu'elle va rester à ce niveau, a précisé la NRC en fin de journée.

La situation de cette centrale, appelée à fermer ses portes en 2019, inquiète certains experts.

Si une forte inondation ou des vents violents mettaient à plat le système électrique de secours, la centrale serait alors en situation de +black out+ et c'est exactement ce genre de situation qui a mené au désastre de Fukushima, au Japon en 2011, assure Robert Alvarez.

Récusant un tel spectre, l'autorité de sûreté nucléaire admet toutefois que la remise en état des réacteurs devra se faire prudemment pour éviter tout incident.

Nous allons continuer à tout faire pour nous assurer qu'on peut remettre ces réacteurs en service en toute sécurité. Il reste encore à régler de nombreuses questions concernant la stabilité de la température des réacteurs, a admis son porte-parole Neil Sheehan...

 

En guise de conclusion, un article de Bernard Laponche : Accident nucléaire, l'inacceptable pari.

 

Publié dans Analyses

Commenter cet article

Sortir du Nucléaire 41 06/11/2012 18:44

Le bilan au 6/11par SDN national : http://groupes.sortirdunucleaire.org/2012-Ouragan-Sandy-les-centrales