Inondation en salle des machines

Publié le par Sortir du Nucléaire 41

 17 Septembre 2011 Par Laurent DUBOST A la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire, près du centre de la France, un incident dans la salle des machines l'été dernier révèle la persistance d'une multitude de problèmes techniques et organisationnels depuis des années. C'est ainsi que se construisent les scénarios catastrophes, s'inquiète et dénonce Laurent Dubost, agent EDF sur le site. Premier volet de notre série de témoignages sur le travail dans le nucléaire. "Quand je commence ce récit, j'ai les pieds mouillés pour avoir pataugé dans l'eau une partie de l'après-midi avec mes collègues d'infortune. Je travaille à la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire, je prépare les interventions de la maintenance et suis plus ou moins en charge de ce qui relève de la sécurité du personnel. Auparavant, j'ai été agent de terrain puis opérateur une vingtaine d'années. L'incident que je vais raconter résume assez bien ce qui se passe chez nous et comment, en extrapolant un peu, se construisent les scénarios catastrophes que nos dirigeants qualifieraient d'impossibles. Une multitude de problèmes perdurent depuis des années. Des matériels ne sont pas réparés, des révisions sont reportées d'un arrêt de tranche au suivant. Pourtant, dans le même temps, des sommes colossales sont dépensées pour tout repeindre du sol au plafond, y compris les tuyauteries percées par la rouille, les pompes en panne, les vannes qui n'ont pas été révisées depuis dix ans... Bref, on mise tout sur l'image et la façade. Cette politique se nomme pompeusement OEEI (prononcer O deux E I : « obtenir un état exemplaire des installations » !!!). Elle est célébrée hebdomadairement par un aréopage qui effectue une « visite terrain », avec un avis forcément très pertinent sur l'installation. Contrairement à nos soucis techniques qui s'empilent, là, présence des « gradés » oblige, les choses vont très vite. Voire trop vite. Exemple : lors d'une « visite terrain », horreur ! De l'eau chaude s'écoule sur le sol par des vannes de purge laissées ouvertes. Les vannes sont prestement refermées par les visiteurs. Non loin de là, en salle de commande, la température des lignes vapeur en cours de conditionnement se stabilise. Les opérateurs s'en étonnent et dépêchent un agent de terrain sur place. Celui-ci constate que les vannes qu'il avait ouvertes pour évacuer l'eau de condensation et créer un débit de conditionnement des lignes vapeur ont été refermées...Les conséquences d'une mise en service des lignes vapeur insuffisamment purgées est une destruction possible des vannes d'isolement situées en aval. Deux logiques s'affrontent en permanence. D'abord celle de ceux qui entretiennent et exploitent directement la machine. Pour nous, c'est le temps réel qui impose les priorités. Par expériences, les aléas sont imprévisibles, et tous nos efforts se concentrent pour préserver le maximum de marge de manœuvre pour y faire face. Ainsi, si trois pompes remplissent le même rôle et que deux suffisent pour assurer le fonctionnement , celle qui montre des signes de faiblesse sera systématiquement en marche. De telle sorte, en cas de défaillance, celle qui prendra le relais sera la plus fiable. Il existe toujours devant nous cette incertitude dont les contours se dessinent progressivement et qui commande des compromis, des ajustements permanents avec le plan initial. Résoudre les problèmes avant qu'ils ne se posent véritablement , c'est ça notre métier. Encore faut-il en avoir les moyens. La maintenance est accaparé par le fortuit, et n'a plus le temps d'entretenir ce qui marche encore, ce qui multiplie les pannes. Ainsi, quand dans le même temps on nous repeint toute l'installation et même des fresques dans les couloirs d'accès aux salles de commande, c'est notre identité professionnel qui est bafouée. Progressivement, les chefs sont devenus « managers ». Le chef n'avait pas toujours raison, mais il s'embarquait avec nous et assumait ses décisions tandis que le manager « gouverne de loin » avec son « discours de proximité ». Les savoir-faire professionnels ont été dilués dans un dédale inextricable de procédures. la coopération entre fonctions et spécialités, les collectifs de travail, toute la trame relationnelle qui permettait de capitaliser l'expérience et (de) garantissait la disponibilité immédiate de toute information technique pertinente ont été délibérément anéantis. Notre autonomie, tolérée pour son efficience à l'époque du démarrage des tranches est devenue insupportable pour nos dirigeants et probablement aussi pour les grandes centrales syndicales. Aujourd'hui 150 cadres passent leur temps en réunion pour ne prendre aucune décision, phosphorent sur le « compagnonage » et « les pratiques de fiabilisation » et s'inquiètent du « renouvellement des compétences » face à la vague des départs en retraite. Pourtant, à Belleville, quand nous avons démarré les tranches en 87/88, nous étions 80% de gamins sans expérience et les consignes tenaient dans quelques dizaines de classeurs. Nous n'avons cependant rien cassé et respecté les délais. Je ne loupe jamais une occasion de le rappeler comme j'affirme que l'EPR ne démarrera jamais avec une organisation comme la nôtre. Derrière une façade trompeuse donc, se cache un monde peu reluisant où je vous invite à me suivre (chaussez vos bottes car comme vous le savez l'histoire se termine les pieds dans l'eau). Tout commence dans la partie la plus visible de la centrale mais où peu de monde s'aventure : le réfrigérant atmosphérique. Cette tour de 165 mètres sert à refroidir l'eau brute, c'est-à-dire dans notre cas, l'eau de la Loire, qui circule dans les faisceaux du condenseur. C'est la principale source froide. L'eau à refroidir est amenée au château d'eau situé au centre du réfrigérant à 20m de hauteur par deux pompes qui y acheminent 45m3 d'eau/seconde. Par débordement dans des galeries, cette eau est distribuée vers les secteurs centraux ou périphériques du réfrigérant, puis dans des tubes de répartition et finalement dispersés sur le « packing ». Le packing est un mille-feuille de PVC d'un à 2 mètres d'épaisseur, traversé par le courant d'air naturel qui monte dans le réfrigérant, et à travers lequel l'eau s'écoule, cédant ses calories à l'air, essentiellement par l'évaporation d'environ 1m3 d'eau par seconde (c'est le panache visible à des dizaines de kilomètres du site). La puissance ainsi « perdue » dans l'atmosphère est de 2500 MW. A l'intérieur, le bruit de cette pluie diluvienne est assourdissant et l'ambiance tropicale (40°c). L'hiver les choses se compliquent car cette pluie risque de se transformer en glace. Heureusement, les deux secteurs centraux les plus sensibles au phénomène de prise en glace sont isolés. Un grillage suspendu et des panneaux accrochés complètent le dispositif. L'état général de ce matériel de protection contre la prise en glace est pitoyable. Des blocs entiers de packing chargés de glace sont détruits et entraînés dans le bassin froid. Des stalactites de glace menacent partout. En sortie de bassin froid, avant d'être aspirée jusqu'aux pompes de circulation en salle des machines, l'eau est filtrée par deux grilles où s'amoncèlent les débris. Elles sont nettoyées chaque semaine. Là encore c'est la misère : pompes de lavage HS, grilles coincées...Finalement pour ne pas arrêter la production, la décision a été prise de fonctionner toutes grilles extraites, sans filtration. Le puisard de la salle des machines qui récupère puis évacue les eaux brutes est équipé de deux pompes de relevage. Du moins à l'origine, car depuis des années nous fonctionnons régulièrement avec une seule. C'est le cas pour les deux tranches. Nous relançons régulièrement la maintenance sur le sujet sans résultat. Une grosse pompe mobile a été achetée et se promène d'une tranche à l'autre. Une première pompe tombe en panne. En vidant complètement le puisard avec la deuxième, on remarque la présence de packing à l'aspiration de la pompe ainsi qu'une arrivée d'eau continu. Mais pas de bras disponibles pour réparer (travaux urgents ailleurs, congés d'été, manque de personnel récurrent...). L'affaire traîne 15 jours. Premier débordement du puisard un matin. La seule pompe disonible s'est arrêtée. Je suis de quart. Je demande l'installation d'une pompe mobile provisoire. Les effluents qui ont débordé en salle des machines ont été récupérés, évacués et stockés dans deux bâches de 700 m3. Nous les avons rempli d'eau brute, l'eau de la Loire. Mais l'analyse de la première bâche que nous devons réaliser avant de rejeter le liquide dans la Loire révèle la présence d'une grande quantité d'huile. Le rejet de l'eau devient impossible, il faut la laisser décanter, pomper l'huile qui flotte en surface, alors seulement la vider puis la nettoyer. Pendant ce temps, la deuxième bâche se remplit. La direction prend la décision de remplir une troisième bâche, qui sert habituellement à gérer les scénarios accidentels. L'origine de l'huile a été localisée, probablement issue du débordement de notre déshuileur à la suite des inondations qui se sont succédées. Une société extérieure spécialisée en vidange de fosses en tout genre et habituée des lieux, a été chargée de vider et nettoyer le déshuileur. Sans résultat. De l'huile continue d'arriver dans le puisard. En réalité, elle provient de l'autre tranche. Si, si, chez nous tout est possible. Il suffit d'avoir deux défaillances de plus. Enfin il y a la goutte d'eau qui j'espère fera déborder le vase. La société chargée de nettoyer le déshuileur, à pied d'œuvre depuis des semaines, a sorti du site un camion rempli d'eau contenant du tritium. Le tritium est un émetteur « bêta » de très faible énergie. Il n'est pas détecté par les balises devant lesquelles passent obligatoirement les véhicules qui sortent du site. Rappelé dans l'après-midi, il est revenu rendre sa cargaison et la vider dans notre puisard. J'ai une mauvaise impression : ça sentait franchement la merde et de la merde, on n'en produit pas encore. D'ici à ce qu'on trouve du tritium dans une station d'épuration de la région..." 

Publié dans EDF

Commenter cet article