Construction d'une école à Lestiou et centrale nucléaire

Publié le par Sortir du Nucléaire 41

L'article de la Nouvelle République

 

L'article du Canard enchainé

 

canard lestiou

 

 

Nicole Combredet sur FR3 régionale

 

 

La lettre de François Thiollet au préfet

 

Une école ou une centrale ?

M. le préfet,
Vous aurez à vous prononcer le 19 septembre prochain sur un projet d'école, située à moins de 2 km de la centrale nucléaire de Saint Laurent des eaux. Et vous voilà soumis à un choix cornélien. D'un côté, la loi, précisément la circulaire du 17 février 2010 du ministère de l'écologie, qui recommande de « privilégier un développement des activités à l’extérieur de cette zone. À l’intérieur de cette zone, il conviendra d’éviter le développement de projets sensibles ». De l'autre, la demande des communes d'Avaray et Lestiou, qui souhaitent relocaliser leurs école « en apportant plus de confort et de sécurité aux enfants » (NR du 15/09).

Si l'on peux comprendre le souhait des élus, des parents, de voir leurs enfants accueillis dans de meilleures conditions, il est surprenant de dire qu'on leur apporte plus de sécurité en construisant une école à moins de 2 km du réacteur, c'est à dire dans un périmètre de danger extrême en cas d'accident majeur. Certes les écoles existantes sont déjà situées dans ce périmètre, mais ces écoles ont été construites avant Tchernobyl, et avant Fukushima.

Construire là un tel bâtiment, avec les connaissances dont nous disposons, c'est prendre un risque en connaissance de cause, ou plutôt le faire prendre à des enfants, en les laissant jouer juste en dessous d'une épée de Damoclès. Autoriseriez-vous la construction d'une école à proximité d'un volcan en activité ? Il n'y en a pas à moins de 2 km de la montagne Pelée ou du Vésuve.

J'entends les critiques des riverains : comment faire alors ? Nos enfants n'auraient-ils pas droit à une école proche de leur domicile ? Si, mais dans des conditions de sécurité optimales ; il est possible de construire cette nouvelle école, oui, en dehors du périmètre.

La question qui vous est posée est : « peut-on construire une école à proximité d'une centrale nucléaire ? ». Mais la bonne question devrait, pour notre sécurité à tous, être l'inverse : « peut-on conserver une centrale nucléaire à proximité d'une école ? ». Je pense que non. Le meilleur moyen d'apporter confort et sécurité aux enfants de Lestiou et d'Avaray, de Courbouzon, de Mer, de Beaugency, de Blois... c'est d'envisager dès aujourd'hui l'arrêt de la centrale de Saint Laurent, l'une des plus ancienne du parc français, celle qui a malheureusement connu les deux plus graves accidents recensés à ce jour sur le territoire national.

Cher M. le préfet, je vous souhaite de prendre la bonne décision, et je souhaite une belle école aux enfants de Lestiou et d'Avaray, un peu plus loin.

Veuillez agréez, Monsieur, mes salutations distinguées.

François Thiollet

conseiller municipal de Blois,

membre de la Commission locale d'information de la Centrale de Saint Laurent


Publié dans Saint-Laurent des Eaux

Commenter cet article