A Saint-Amand-en-Puisaye, à la rencontre élargie du réseau Loire Vienne Zéro Nucléaire.

Publié le par Sortir du Nucléaire 41

Bonjour à toutes et tous.

Nous étions une dizaine d'adhérents ou de sympathisants de SDN 41 à participer les 24, 25 et 26 septembre dernier, à Saint-Amand-en-Puisaye, à la rencontre élargie du réseau Loire Vienne Zéro Nucléaire.

Nous nous sommes formés et nous avons débattu sur les  déchets nucléaires (sous produits de fission, effluents et rejets, équipements lourds, petits matériels..., diverses  fournitures usagées, le tout irradié et irradiant mais aussi et souvent toxique chimiquement), de l'absence de solutions pour les résorber et pour les stocker. Nous avons découvert le risque conséquent d'occlusion de la filière nucléaire d'ici dix ans ou plus tard !

Avec l'ACRO (Association pour le contrôle de la radioactivité dans l'ouest), nous avons décrypté la communication qui a été faîte sur le pics d'émission de tritium dans la Loire et cela a confirmé le bien fondé et la nécessité d'une vigilance citoyenne avec le réseau des préleveurs volontaires. Dominique BOUTIN nous a présenté les conclusions de son étude géologique du sous-sol de Bure dans la Meuse ou l'ANDRA prévoit l’enfouissement des déchets nucléaires les plus dangereux... Il révèle que  la couche géologique argileuse qui doit contenir les déchets n'est ni homogène, ni étanche et que le projet est accidentogène. Il ressort que l'Andra est incompétente scientifiquement et qu'elle n'est juste qu'une agence de communication chargée de diffuser une information tronquée et des subventions pour acheter l'acceptabilité sociale et économique du projet. Une information complète sur ce sujet figure sur le site de la FNE (France Nature Environnement).

Et bien sûr nous avons arrosé comme il se doit l'abandon du projet de piscine de stockage à Belleville-sur-Loire tout en regrettant que ce projet devrait se faire à la Hague. C'est tout le problème des déchets non biodégradables et toxiques on ne peut que les accumuler et les cacher dans un coin.

Bref un menu roboratif, très documenté et très intéressant, des exposés pédagogiques bien que savants, le tout dans une ambiance comme d'habitude conviviale et récréative... sous la surveillance du platane centenaire du parc du château de St Amand où nous étions réunis à l’abri de la pluie.

Le communiqué rédigé à l'issue de cette rencontre, en pièce jointe, rend fidèlement compte de cette réunion.

Bonne lecture si vous voulez en savoir plus.

La co-présidence SDN 41

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article