Metsamor ou l'autre guerre atomique.

Publié le par Sortir du Nucléaire 41

AIPRI :

La menace publique aussi inouïe que suicidaire de bombarder la centrale atomique de Metsamor en Arménie proférée par le ministre de la défense de l’Azerbaïdjan (par la voix de son attaché de presse), pays non aligné, ne laisse pas d’inquiéter en ce qu’elle préfigure. C’est, on ne peut se tromper, une déclaration de guerre totale (pour une querelle de pipeline avec l’Arménie) envers l’entière communauté internationale. Si elle était mise à exécution, elle porterait à des représailles atomiques immédiates contre Bakou voire ses alliés. N’en doutons pas un instant. Attaquer une centrale atomique n'est pas un droit de l'homme mais un crime contre l'humanité. La capitale de l’Azerbaïdjan subirait pour cela même très probablement à mode de réponse « graduée » des explosions atomiques intentionnellement basses afin de contaminer définitivement les lieux et empêcher de reconstruire là pour des millénaires. Mais plus en général ces déclarations insensées sont également malgré elles l’expression d’une incontournable vérité d’état-major qui met fin au mythe de l’atome de la paix et ouvre le vase de Pandore de l’autre dissuasion. La suite ICI.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article