Les mensonges nucléaires du gouvernement turc

Publié le par Sortir du Nucléaire 41

Source : IPPNW  :

La campagne publicitaire pour l'énergie nucléaire commence à l'aéroport d'Istanbul. En attendant nos valises, nous regardons une affiche publicitaire "Türkiye nükleer" qui montre trois jeunes garçons rieurs :  "Une Turquie forte produira une nouvelle énergie propre - l'énergie de la centrale nucléaire d'Akkuyu".

Les mêmes slogans pour la centrale nucléaire d'Akkuyu apparaissent également sur le chemin de l'hôtel, sur les ponts, dans le tramway. L'énergie nucléaire est louée comme étant une énergie propre, sûre et durable sur la voie de l'indépendance de la Turquie.  Le Premier ministre Erdogan et le ministre de l'énergie Taner Yildiz montrent qu'ils sont déterminés à obtenir deux centrales nucléaires à tout prix. Ironiquement, les centrales nucléaires seront construites par les entreprises des pays responsables des plus grandes catastrophes nucléaires qui ont eu lieu dans l'histoire récente : la société d'Etat russe ROSATOM construira la centrale à Akkuyu, près de la ville de Mersin, et un consortium de la société japonaise Mitsubishi en collaboration avec le français GDF Suez, construira la centrale à Sinop sur la mer Noire.

Le but de notre voyage en Turquie est de soutenir le mouvement antinucléaire turc. Nous avons été invités à donner des conférences à Sinop, Samsun et Istanbul, où une large résistance contre la construction de centrales nucléaires en Turquie a émergé. Mais le gouvernement turc est déterminé à faire respecter les projets nucléaires contre toute résistance de la population. Cependant, on ne sait toujours pas comment l'Etat turc veut garantir un organisme de régulation nucléaire indépendant dans le contrat entre la Turquie et la Russie, qui attribue la responsabilité financière et opérationnelle à l'opérateur russe ROSATOM. Ce point a également été critiqué par les experts de l'autorité de contrôle de l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique).

Depuis la visite du Président Poutine en Turquie début décembre 2014 et la publication du rapport sur l'impact environnemental, les protestations se poursuivent contre le projet de centrale nucléaire à Akkuyu-Mersin, sur la côte sud-est de la Méditerranée. Cependant, les objections de nombreuses initiatives citoyennes contre la centrale nucléaire ont été complètement ignorées par les autorités turques.

Peu après, en janvier 2015, les médias turcs ont rapporté que la société qui avait préparé le rapport sur l'impact environnemental n'avait aucune expérience professionnelle dans le domaine de l'environnement. Les signatures des ingénieurs experts avaient été falsifiées. De plus, le physicien nucléaire turc Hayrettin Kilic a souligné que le calcul de la contamination radioactive de l'environnement est extrêmement erroné et ne répond pas aux normes internationales. L'Association médicale turque a critiqué le fait que les effets sur la santé des rayonnements de faible intensité à proximité du réacteur n'ont pas été pris en compte et qu'il n'existe pas de plan d'urgence efficace. De nombreux citoyens, dont le célèbre avocat spécialiste de l'environnement Arif Ali Cangi, d'Izmir, ont déposé une plainte auprès du tribunal administratif en raison d'erreurs de calcul dans l'évaluation environnementale.

Le risque actuel de tremblements de terre dû aux lignes de faille actives situées près de la région de Mersin-Akkuyu est l'un des principaux arguments des membres antinucléaires de l'initiative citoyenne. Le 27 juin 1998, un tremblement de terre d'une magnitude de 6,3 a secoué la région de la ville d'Adana, près de Mersin et d'Akkuyu. A cette époque, 145 personnes sont mortes et environ 1500 personnes ont été blessées.

La construction de la centrale nucléaire de Sinop, sur la côte de la mer Noire, est également très controversée. En 2013, deux ans après la catastrophe nucléaire de Fukushima, le gouvernement d'Erdogan a conclu un accord avec le gouvernement japonais. En outre, le traité avec le Japon a spécifié que la Turquie est autorisée à accéder à la technologie d'enrichissement de l'uranium, ce qui offre une possibilité de prolifération. Le contrat a maintenant été ratifié par une majorité au Parlement japonais.

Des protestations pacifiques et persistantes ont également eu lieu à Sinop. Le 25 avril, jour du 29e anniversaire de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, 40 000 militants antinucléaires ont protesté contre la construction de centrales nucléaires en Turquie et ont appelé le gouvernement à fixer enfin le cap d'une révolution énergétique, pour l'énergie solaire et éolienne en Turquie par la loi.

Le " réseau pour une Méditerranée sans nucléaire " se réunira à Nicosie, Chypre, pour renforcer la résistance contre la centrale nucléaire d'Akkuyu.

Alper Öktem, Angelika Claussen

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article