50% de nucléaire sans coupures d’électricité, c’est possible ?

Publié le par Sortir du Nucléaire 41

Le monde de l'énergie :

Tribune de Bertrand Cassoret, Université d’Artois

Après le départ de Nicolas Hulot du gouvernement Macron, nombre d’articles sont revenus sur le bilan du ministre démissionnaire. Parmi les dossiers difficiles qu’il aura eus à aborder, figure la question de la baisse du nucléaire à atteindre à l’horizon 2025-2035.

Cet objectif figure dans la loi de transition énergétique votée en 2015. Mais fin 2017, Nicolas Hulot admettait qu’il serait « difficile » d’atteindre un tel objectif pour 2025.

La prise en compte de cette difficulté intervenait après la publication par RTE, le service public qui gère le réseau de transport d’électricité en France, de plusieurs scénarios imaginant cette transition énergétique dans l’Hexagone ; l’un des principaux objectifs étant donc de faire baisser la part du nucléaire à 50 % d’ici 2035 (elle est aujourd’hui de 75 % environ) dans le mix électrique français – en fermant des centrales nucléaires et en développant les énergies renouvelables.

La suite ICI.

Publié dans Alternatives

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article